Navigue dans le monde

Reviens à la carte Monde
Légende
  • Régions
  • Capitale
  • Villes
Alternative content
Légende
  • > 90
  • entre 90 et 70
  • entre 70 et 50
  • entre 50 et 35
  • < 35

actualités

Jette un p'tit coup d'œil sur l'actu Ready to Go: nouveautés, jeux, fonctionnalités, salons, évènements…

L’histoire musicale des villes : quand les sons (re)font l’identité des quartiers !

L’histoire musicale des villes : quand les sons (re)font l’identité des quartiers !

Lequel d’entre nous n’a jamais écouté une chanson en boucle ? Le rock, le jazz, le rap, l’électro, la techno, … Les styles musicaux se régénèrent et s’inspirent mutuellement pour renaître de leurs cendres et faire craquer des communautés de fans. 

Bien que la mondialisation ait un impact considérable sur les tendances musicales actuelles, certaines villes ont pu tout de même garder, à travers le temps, leur authenticité artistique. Découvrons ces lieux où la musique a été toujours le fruit de ses artistes locaux !

Liverpool 

« La ville de la pop », telle était la désignation de Guinness en 2001 pour ... Liverpool !

En effet, de nombreuses chansons pop à succès ont vu le jour dans la ville. Sinon, comment oublier les Beatles et leurs chansons légendaires ? A vrai dire, Liverpool aurait été différente sans des baffles qui boostent à fond la musique du « monstre à quatre têtes » ! 

De plus, dans les années 60’, Liverpool était la première étincelle du style Merseybeat. Des artistes comme Gerry & The Pacemakers ont contribué grandement au rayonnement de ce sous-genre musical.
A la fin des années 70’, beaucoup d’artistes brillants enregistraient leurs chansons qui connaissaient des succès commerciaux comme Echo & the Bunnymen, A Flock of Seagulls, Teardrop Explodes, the Mighty Wah!, ou encore OMD !
Au début des années 90’, The Boo Radleys, The La's, The Real People, The Farm et Cast ont connu des succès fracassants. 

Pour faire découvrir l’histoire musicale de Liverpool, le World Museum Liverpool, en partenariat avec l'Institut de musique populaire de l'Université de Liverpool, a créé l’exposition "The Beat Goes On" (comprenez : le rythme continue) qui relate l'histoire de la musique à Liverpool, des années 40’ à nos jours.

Berlin

De l’« hypnotic pulse » à la musique techno, en passant par les morceaux « parsemés » des sonorités jazzy, la capitale allemande a toujours été le hub des artistes allemands les plus créatifs. La preuve ? Le club de SO36 de Kreuzberg, qui était essentiellement concentré sur la musique punk, est toujours un coin prisé pour de nombreuses soirées et danses. 

A la fin de la guerre froide, le groupe de rock U2 avait trouvé son inspiration à Berlin. Ce groupe talentueux avait enregistré dans les studios Hansa à Berlin-Ouest, près du mur de Berlin à l’époque.

Nashville

Alors là, s’il vous plait, on parle bien d’une ville surnommée « ville de la musique » ! 
En effet, cela remonte à une époque bien lointaine : vers la fin des années 1700, des colons jouaient du violon après leur arrivée à la rivière de Cumberland. Ça devait être spectaculaire !
Avec la montée des Fisk Jubilee Singers , un ensemble a cappella de la Fisk University de Nashville, la musique avait pris une autre dimension humaine : ce groupe parcourait le pays dans le but de collecter des fonds pour l’université, mais aussi pour soutenir l’éducation des esclaves libérés après la guerre civile. 

Crédit Photo : CrackerClips Stock 

Aujourd’hui, la musique live est jouée pratiquement tous les jours dans des dizaines de lieux de la ville, offrant des sons de tous styles. Si vous envisagez de voyager à Nashville, vous trouverez des musiciens locaux, nationaux et internationaux se produisant sur plusieurs scènes, renforçant ainsi le statut de la ville la plus « musicale » du Sud !

La Nouvelle-Orléans

La Nouvelle-Orléans est le berceau du jazz et du blues et qui avait vu naître plusieurs artistes de renommée comme Buddy Bolden, Jelly Roll Morton, Sidney Bechet, Louis Armstrong, Louis Prima, Pete Fountain, Harry Connick Jr. Ou encore Wynton Marsalis.
Cette belle ville où la musique gospel avait connu ses meilleurs jours abrite aujourd’hui des artistes de rap comme Curren$y ou encore le fameux Lil' Wayne.

Chicago

L’histoire musicale de Chicago est caractérisée par des contributions importantes de ses artistes locaux aux genres de blues, de jazz et de gospel. Des Afro-Américains dont les familles ont déménagé à Chicago dans le cadre de la Grande migration du début du 20ème siècle avaient pu créer un nouveau style de blues, baptisé aujourd’hui « Chicago Blues ». 
Ces artistes ont montré une preuve de créativité en ajoutant d’autres d'instruments au blues classique, comme la guitare électrique, la guitare basse, la batterie, le piano et les cuivres.

Memphis

L'héritage musical de la ville de « Bluff » est bluffant ! Varié et profondément inscrit dans l'histoire de la culture américaine. De nos jours, les lieux les plus célèbres de Memphis sont Beale Street et Graceland où se jouait la musique de blues, de rockabilly et de rock'n'roll.
Par ailleurs, les plus importantes institutions de l'histoire de la musique classique du Tennessee sont installées à Memphis et de nombreux artistes reconnus à l’échelle nationale dans les domaines du jazz, du gospel et du rhythm n-blues ont de fortes liaisons avec la scène musicale de Memphis. 
De nos jours, des chansons de blues, du rock'n'roll, de la soul et du jazz sont jouées tous les soirs dans les clubs et salles de concert de Beale Street.

New-York

Riche et dynamique, l’histoire de la musique à New York s’est inspirée de la colonie néerlandaise de New Amsterdam à New York dans les années … 1600 ! 
Au milieu des années 1700, les premiers concerts se sont produits à New York, et avec l’arrivée du compositeur William Tuckey. En 1770, Tuckey fut la première personne à faire ses débuts au Messie de Haendel.

A partir des années 1830, la ville de New York devient, de plus en plus le centre artistique le plus important des États-Unis. En fait, vers la fin du 19ème siècle, l’institut Carnegie Hall ouvrait ses portes et demeure aujourd’hui l’un des endroits les plus réputés au monde pour avoir accueilli de nombreux styles de musique. 

Au début des années 1900, les théâtres de Broadway commençaient à promouvoir les artistes de la « grosse pomme ». Un mouvement de musique jazz a alors commencé grâce à Louis Armstrong et à Duke Ellington. Du jazz big band de Billie Holiday et Ella Fitzgerald au jazz cool de Dizzy Gillespie et Miles Davis, ce style musical s’est répandu à travers le pays.
En 1940, la musique Folk a pu conquérir plusieurs fans grâce à ses rythmes magiques. Pete Seeger, Joan Baez ou encore Bob Dylan étaient les piliers de ce style musical. En 1970, New York devint le pôle du « disco » aux États-Unis. Madonna, Cher, Andy Warhol, Bianca Jagger, Frank Sinatra et Donna Summer étaient des leaders de cette musique. Le punk arrivait plus tard, dans les années 80, Patti Smith, Blondie et les Ramones.

Seattle

Etant la plus grande ville de l'État américain de Washington, Seattle a contribué à la culture musicale de cet État, en mettant en avant des styles de rock alternatif comme le grunge de 1985 à 1995. De plus, cette ville était à l'origine de groupes majeurs tels que Nirvana, Alice In Chains, Soundgarden et Pearl Jam. 

Detroit

Dans les années 50’, le Detroit dansait aux rythmes de Rock’n’roll !  Avec Bill Haley et Jack Scott, ce style musical avait le vent en poupe. De 1960 à 1990, plusieurs artistes ont hissé le rock vers le haut des styles de musiques les plus écoutés. 
Le pop à Detroit connaissait des succès avec Margaret Whiting , Sonny Bono et Suzi Quatro dans les années 40-50. Bien sûr, ce style continuait de rayonner jusqu’à 1990 avec des artistes de Detroit comme Aaliyah et Teairra Marí.
Egalement, la ville de Detroit a été toujours considérée comme le berceau de la musique Techno. Depuis le milieu des années 80, des artistes comme Juan Atkins , Derrick May , Kevin Saunderson , Carl Craig et Jeff Mills ont multiplié les efforts pour que cet art s’impose telle un style musical.  
Côté rap, Eminem serait la figure emblématique de Detroit. Insane Clown Posse et Esham étaient parmi les premiers rappeurs de cette ville.

Crédit Photo : Brandon Nagy / Shutterstock.com

San Francisco

Gary Snyder, Philip Whalen, Lew Welch et Kirby Doyle créaient le noyau de la Beat Generation, devenue une icône de jazz et de la scène musicale de San Francisco dans les années 1950.
Ensuite venait la révolution des années 1960 et cela n’a pas été sans conséquence : plusieurs sous-genres ont vu le jour. Dans les années 1970, la musique punk a pu s’imposer grâce à des groupes comme Dead Kennedys. Au fil du temps, d'autres groupes ont suivi. 

Los Angeles

Dans des années 1930-1940, Los Angeles jouissait d’une communauté musicale afro-américaine animée et produisit des chanteurs avec un grand potentiel artistique comme Charles Mingus, Buddy Collette ou encore Gerald Wilson. 
En 1950, des artistes de Rock commençaient à produire leur musique et Ritchie Valens se positionnait tel un pionnier du rock and roll et un des leaders du mouvement rock chicano. 
Dans les années 1960, des groupes comme The Byrds , Buffalo Springfield , Spirit (groupe) , Love (groupe) et The Doors avaient tout donné artistiquement pour mériter leur succès. 
Dix ans plus tard, dans les années 1970, des groupes comme Toto comptaient parmi les artistes les plus écoutés à la radio à l’époque. En effet, un important mouvement punk rock avait produit le mouvement punk hardcore avec des groupes comme X, Black Flag et Wasted Youth.

Des groupes comme les Screamers , les Germs , les Weirdos , les Dils , les Bags , 45 Grave étaient des références en ce genre musical. 

En 1980, le mouvement Paisley Underground brillait à Los Angeles. De plus, de nombreux groupes de rock de renommée internationale avaient réussi à se positionner dans la scène musicale de LA comme Van Halen de Pasadena et Guns N 'Roses. Alors que dans le rap, la belle carrière de NWA contribuait au développement de G-Funk à partir du mix de P-Funk et de gangsta rap. 

Au milieu des années 90, de grands artistes comme Elliott Smith, Beck, Weezer et Sublime of Long Beach avaient alors leur mot à dire. Vers la fin des années 1990, le groupe de métal nu Linkin Park avait été formé et connaissait un succès énorme !
Par ailleurs, le rap de Dr. Dre, Eazy-E, Ice Cube, Tupac Shakur et Snoop Dogg a pu, d’un côté, séduire les fans inconditionnels de cet art et, d’un autre, placé la ville de Los Angeles tel un centre de musique afro-américaine et l'un des principaux hub de la « hip-hop life style ».

Après les années 2000, des groupes de « noise rock » originaires de LA comme Liars, Health et No Age sont devenus célèbres à travers le monde entier. Egalement, des artistes rap comme The Game ou encore 50 Cents sont devenus des plus connus du hip-hop moderne à l’échelle internationale. 

En somme, la scène musicale de Los Angeles pourrait se vanter de ses artistes prodigieux qui continuent de produire de la bonne musique comme Weaving the Fate, Moving Units , Rilo Kiley, Earlimart, Autolux ou encore Scarling. 

Tu peux lire aussi

S'inscrire à la Newsletter