Navigue dans le monde

Reviens à la carte Monde
Légende
  • Régions
  • Capitale
  • Villes
Alternative content
Légende
  • > 90
  • entre 90 et 70
  • entre 70 et 50
  • entre 50 et 35
  • < 35

actualités

Jette un p'tit coup d'oeil sur l'actu de ta destination. Tu découvriras pas mal de choses qui te serviront lors de ton voyage

Que faire au Kirghizistan en 3 semaines ?

Que faire au Kirghizistan en 3 semaines ?

Le Kirghizistan, ce n’est pas le premier pays auquel on pense quand on veut partir en vacances. Beaucoup de gens de mon entourage n’en connaissait même pas l’existence.

En faisant quelques recherches, beaucoup de blogs le comparaient à la Mongolie, mais en plus montagneux, moins touristique et donc moins cher.

Des lacs magnifiques, tu découvriras

Au Kirghizistan, le plus intéressant se trouve bien en dehors des villes. Dans ce pays à mi-chemin entre les cultures asiatique et soviétique, les villes ont gardé les marques de leur appartenance au régime de l’URSS. Un métissage important se ressent : visages russes, turcs ou kirghizes, le pays est un véritable mélange de population. Si vous avez déjà voyagé en Asie, vous devez vous souvenir à quel point les gens peuvent vous dévisager parfois. Ici, ils ne sont pas surpris de voir des visages aux influences européennes.

La véritable richesse du Kirghizistan réside dans ses lacs grandioses. Issyk Kul, le plus grand et le plus connu est réputé pour être une station balnéaire prisée des Russes, notamment à Cholpon-Ata. Ce n’est pas le plus intéressant mais vous passerez obligatoirement près de lui. Il est tellement grand et ses couleurs sont tellement intenses qu’on se croirait au bord de la mer. On s’y est même baigné. C’est frais mais tellement agréable ! Non, les plus beaux lacs, il faut les mériter : Song Kul, Ala Kul, Chatyr Kol et Kol Suu se découvrent après des randonnées plus ou moins éprouvantes.

Des treks, tu feras

Alors, oui, mieux vaut être sportif pour aller au Kirghizistan, sous peine de ne rien voir du tout. Le Kirghizistan, c’est un pays pour faire des treks. Il faut souffrir pour mériter des vues incroyables sur des lacs cachés dans les montagnes. Il faut être sportif et aventureux. Le trek pour Ala Kul, l’un des plus beaux lacs du pays, a été le plus dur de ma vie. Il faut monter à 3860 mètres d’altitude, avec 2000 mètres de dénivelé positif puis redescendre et subir 2100 mètres de dénivelé négatif. Autant vous dire qu’il vaut mieux ne pas avoir le mal des montagnes ! Mais la vue est tellement magique qu'on en oublie presque tous les efforts qu'il a fallu fournir.

Pour découvrir le lac Chatyr Kol, c'est un peu plus simple. Il faut partir d’un village nommé Tach Rabat où on a pu dormir et tester un sauna kirghize, à mi-chemin entre un sauna et un hammam et il est alimenté à l’aide de… bouses de vache. Un très bon combustible pas cher ;) Le trek pour se rendre à Chatyr Kol est assez accessible. Il faut simplement s’habiller chaudement car une nouvelle fois, on monte haut et arrivés au sommet, on est pas mal exposés au vent. On voit le lac d’assez loin au final et pour s’en approcher, il faut compter encore quelques heures de marche. Mais le plus beau lac pour moi reste Kol Suu. Je ne vous en parlerai pas beaucoup car sa beauté tient avant tout à son isolement et j’ai bien peur que cela ne dure pas très longtemps si le Kirghizistan devient très touristique…

Des chevaux, tu monteras

Bien sûr, au Kirghizistan, les chevaux sont omniprésents. Beaucoup sont sauvages. On les croise sur les treks, ils nous observent, parfois nous fuient et quelques fois nous effraient. Trois jours à cheval, ce n’est pas facile. Le premier jour, on a fait énormément de route avant de faire une première pause. Les muscles des jambes, des fesses et du dos sont rapidement endoloris. Je ne pensais pas que faire du cheval, même en mode balade, était aussi physique ! Mais finalement, tout s’est bien passé.

Les chevaux sont bien traités et sont généralement dociles. Le côté magique de ce trek, c’est aussi le campement en yourte où nous étions seuls avec la famille et nos guides. Le dialogue et la complicité s’installent plus rapidement en jouant au foot, aux cartes et en partageant des repas ensemble. Nous avions le lac pour nous tout seuls et le silence n’était perturbé que par les hennissements des chevaux et nos discussions tardives.

Notre itinéraire au Kirghizistan

  • Bichkek
  • Tokmok pour la tour Burana,
  • Karakol pour le trek jusqu’au lac Ala Kul,
  • Bokonbayevo pour s’imprégner de la culture ancestrale des aigles chasseurs,
  • Kochkor pour partir à cheval autour du lac Song Kul,
  • Naryn pour le départ en road trip direction Tach Rabat et Kol Suu,
  • Retour à Bichkek pour découvrir le Osh Bazar et profiter de la fête nationale.

J’ai beau avoir découvert de nombreux pays à travers l’Asie et l'Amérique, le Kirghizistan occupe une place particulière dans mon coeur. L’accueil des gens, les paysages incroyables qu’on a pu voir et le tourisme encore balbutiant y sont pour beaucoup. Mais tout bouge très vite. Mon seul souhait : que ce pays garde sa nature sauvage et sa population bienveillante.

Article rédigé par : Alexia Peytoureau - Les Oiseaux migrateurs

Suivez les Oiseaux migrateurs sur Instagram et Facebook

Tu peux lire aussi

S'inscrire à la Newsletter