Navigue dans le monde

Reviens à la carte Monde
legende_trait Légende
  • legend-region Régions
  • legend-capitale Capitale
  • legend-ville Villes
btn-map
Alternative content
legende_trait Légende
  • > 90
  • entre 90 et 70
  • entre 70 et 50
  • entre 50 et 35
  • < 35

Étranger : découvrez nos vidéos & interviews

Historique du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle

août 14, 2020
etranger

À l'origine, les catholiques croyants accomplissaient leur pèlerinage pour rejoindre la capitale de la Galice, Saint Jacques de Compostelle, et se recueillir sur les reliques de Saint-Jacques à la cathédrale de Santiago de Compostela. Aujourd'hui des sportifs, des passionnés d'histoires, des personnes en quêtes de sens se mêlent aux croyants.

C'est au cours du 12ème siècle que le Chemin de Compostelle connaît sa plus forte affluence avec plusieurs centaines de milliers de pèlerins chaque année. Mais au fil des siècles, les Chemins de Compostelle sont délaissés à cause des guerres, des famines et de la peste en Europe.

C'est seulement au cours du 19ème siècle que Saint-Jacques-de-Compostelle retrouve un attrait avec les travaux de la Cathédrale et la redécouverte des reliques de Saint-Jacques.

En 1993, la partie espagnole Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est classé Patrimoine mondial de l'UNESCO, puis en 1998 ce sont les Chemins de la partie française qui sont à leur tour honoré de ce prestige.  Ce classement des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle donne une nouvelle vie au pèlerinage mettant en avant la beauté architecturale et historique de ce parcours.

De nos jours, plus de trois cent mille pèlerins de toutes nationalités et de tous âges arpentent les Chemins de Compostelle jusqu'à la ville Sainte.

Quels Chemins ?

Techniquement, il y a autant de chemins de Compostelle qu'il y a de pèlerins car le principe de ce pèlerinage était de partir de chez soi pour rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle, mais il est possible d'identifier plusieurs grands itinéraires.

En Espagne, il y a trois célèbres parcours :

  • Le Camino Francès (celui que j'ai emprunté) : Une distance d'environ 800km de Saint-Jean-Pied-de-Port à Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • Le Camino del Norte : Une distance d'environ 880km de Bayonne à Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • La Via de la Plata : Une distance d'environ 1 000km de Séville à Saint-Jacques-de-Compostelle.

En France, vous pourrez emprunter quatre grands chemins :

  • La Via Turonensis : Une distance d'environ 1 000km de Paris à Saint-Jean-Pied-de-Port.
  • La Via Lemovicensis : Une distance d'environ 900km de Vézelay à Saint-Jean-Pied-de-Port.
  • La Via Podiensis : Une distance d'environ 700km du Puy-en-Velay à Saint-Jean-Pied-de-Port.
  • La Via Tolosane : Une distance d'environ 950km d’Arles à Monreal.

Petit focus sur le Camino Francès

Chemin le plus populaire des itinéraires menant jusqu'à la ville Sainte, le Camino Francès a notamment été rendu célèbre grâce au livre de Paulo Coelho, « Le Pèlerin de Compostelle », mais également par les films « Saint-Jacques… La Mecque » (2005) et « The Way » (2010).

Une distance d'environ 800km entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Jacques-de-Compostelle, le Camino Francés comptent trois grandes ascensions :

  • Le Col Lepœder, qui culminait à 1430 mètres, représente l'obstacle de la première étape au départ de Saint-Jean-Pied-de-Port.
  • La Cruz de Ferro, où selon la tradition, les pèlerins y déposent une pierre ramenée de chez eux.
  • Le mythique O'Cebreiro, 1337 mètres d’altitude, où se trouverait le Saint-Graal dans lequel le Christ aurait partagé son sang avec ses Apôtres au cours de la Cène.

camino frances

Itinéraire du Camino Francès

dénivelés camino frances

Dénivelés du Camino Francès

Comment accomplir son pèlerinage ?

 Bien que traditionnellement, la majorité des pèlerins parcourent le Chemin de Compostelle à pied, d'autres le parcours à vélo ou à cheval.

En moyenne, les marcheurs parcourent entre 25 et 35km par jour, alors que les cyclistes entre 50 et 90km par jour.

D'autres personnes divisent le parcours en petit tronçon et en réalise qu'une partie chaque année.

Votre équipement

Le plus important est de ne pas trop vous charger. Votre sac ne devrait pas peser plus de 8kg en comprenant le poids de l'eau.

Ne prenez que le strict minimum dans votre sac à dos. Au cours du pèlerinage, vous ferez vos lessives tous les jours à votre arrivée à l'étape du jour (cela sera un rituel quotidien).

Voici les éléments indispensables :

  • Chaussures de marche
  • 2 T-shirts
  • 2 shorts (ou 2 pantalons selon la saison)
  • 2 lots de chaque sous-vêtement
  • 1 chapeau ou 1 casquette
  • 1 vêtement chaud pour les soirées
  • 1 camelback de 2L
  • 1 sac à viande
  • 1 trousse de toilette
  • 1 trousse de secours
  • Le Crédanciale (Passeport du pèlerin) et la coquille Saint-Jacques

Dormir sur le Chemin de Compostelle

Pour dormir dans les hébergements réservés aux pèlerins, vous devrez récupérer une Crédanciale dans une des associations jacquaires contre environ 10€ (Il y a en à Paris, à Saint-Jean-Pied-de-Port et dans d'autres grandes villes).

Ce document est considéré comme le passeport du pèlerin. Vous pourrez le faire tamponner tout au long du pèlerinage, et notamment obtenir le certificat du pèlerin en arrivant à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le budget

Tout dépend du confort que vous souhaitez, vous pouvez dormir dans une chambre privée, en auberge de jeunesse ou sous une tente.

La majorité des pèlerins dorme en dortoir dans les auberges de jeunesse. Sur le Camino Francès, ça revient en moyenne à 10€ la nuit, plus 12€ de repas par jour, soit 22€. Soit un total sur la période de 33 jours d'un peu plus de 700€.

Si vous devez acheter du matériel (sac à dos, chaussures de marche, etc...), il faut contacter 300€ en plus.

Mon Pèlerinage

En 2016, je me suis lancé dans un tour du monde d'un an, et je voulais finir par un dernier grand challenge pour finir en apothéose.

En Asie, j'ai rencontré une voyageuse qui m'avait conseillé de faire le chemin de Compostelle, c'était une idée que j'avais parmi plusieurs. Puis en Nouvelle-Calédonie, je voulais acheter un livre dans une librairie, mais il n'y avait pas celui que je voulais. Le vendeur m'a recommandé le livre « Le Pèlerin de Compostelle » de Paulo Coelho, où l'auteur raconte son histoire sur le Camino Francès, l'un des chemins du pèlerinage. À la fin du livre, je décide de faire le pèlerinage de Compostelle.

Mais au Chili, je fais le treck de Torres del Paines, le circuit O, soit 150 km en 6 jours. Un treck qui a été très éprouvant, notamment à cause du climat. Je décide alors d'abandonner l'idée de faire le pèlerinage de Compostelle. Je me dis juste que je le ferais à l'unique condition que quelqu'un m'en parle d'ici mon retour en France. Sans penser que cela arriverait deux jours plus tard. Dans une station de bus en Argentine, j'ai rencontré une japonaise qui venait de finir le chemin de Compostelle une semaine plus tôt. Puis pour en rajouter une couche, je rencontre quelques jours plus tard un Argentin en marchant dans les montagnes de Bariloche qui me recommande de faire le pèlerinage.

Du coup, je me dis à nouveau que je suis obligé de faire le Chemin de Compostelle.

Là où c'est encore plus dingue, c'est que juste avant de commencer le pèlerinage, j'étais en Islande et je tombe dans une source d'eau chaude, où je me brûle les jambes au second degré. Je ne peux plus marcher pendant un mois. Je rentre sur Paris, où je suis hébergé par un ami, je vais régulièrement à l’hôpital. Et un jour, je suis fatigué, je me dis que j'oublie le projet du pèlerinage. Je suis sur le chemin du retour de l’hôpital pour me rendre chez mon ami, et en sortant du métro prêt de chez lui. Je vois une affiche publicitaire d'une compagnie aérienne avec écrit : « Cet été tous les chemins mènent à Compostelle. »

Donc là, autant dire que je n'avais plus le choix, je devais le faire !

Je me suis rendu à Saint-Jean-Pied-de-Port et j'ai parcouru le Camino Francès jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle. Un pèlerinage de 33 jours avec une moyenne de 30km de marche par jour.

Au début, je ne comprenais pas pourquoi tous ces signes m'a poussé sur le Chemin de Compostelle alors que je m'étais brûlé les jambes au second degré, mais à la fin du pèlerinage j'avais compris que sans cela je n'aurai pas rencontré le groupe d'amis que nous avons formés avec six autres pèlerins.

Six personnes d'âges différents et de nationalités différentes avec une Taïwanaise, deux Japonaises, une Russe et deux Espagnols. On s'est tout de suite bien entendu, et on ne s'est pas lâché de tout le pèlerinage. On avait un très bon équilibre, on se soutenait et on parlait beaucoup de nos vies.

Ce pèlerinage m'a également inspiré un roman que j'ai commencé à écrire dès mon retour en 2017, que je suis en train de finaliser et que je publierai à la fin de l'année 2020.

Pour suivre mes voyages en direct rendez-vous sur : 

Tu as aimé cette actu ?

Partage-la
Cet article vous a-t-il plu ? oui OUI non NON
Regardez aussi :
Historique du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle
Vivre en Australie : l'expérience de Jeanne en PVT
mai 11, 2016
etranger
Historique du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle
Twaming ou Travel With A Mission : donnez du sens à votre voyage !
juillet 17, 2017
etranger
Historique du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle
Globe-trotteuse : "Seule et en sac à dos… la plus belle aventure de ma vie !"
octobre 17, 2016
etranger
S'inscrire à la Newsletter