Navigue dans le monde

Reviens à la carte Monde
Légende
  • Régions
  • Capitale
  • Villes
Alternative content
Légende
  • > 90
  • entre 90 et 70
  • entre 70 et 50
  • entre 50 et 35
  • < 35

BLOG

le Blog Ready to Go c'est le carrefour des amoureux du voyage et des passionnés des belles découvertes : conseils, vie pratique, classements, astuces, TIPS, études...
L'indispensable pour votre carnet de voyage !

Seul et en sac à dos, Valentin fait son voyage en Malaisie

Seul et en sac à dos, Valentin fait son voyage en Malaisie

Valentin est un jeune homme qui se trimballe partout sur la planète avec son Sac à Dos . Véritable accro aux voyages et aux nouvelles découvertes, il aime partager ses expériences et ses conseils avec le monde entier, notamment à travers de superbes vidéos. Aujourd’hui Valentin raconte pour nous son petit voyage en Malaisie, un pays pas comme les autres, plein de vie et de traditions, l’aventure promet d’être fascinante ! Première étape du voyage en Malaisie : Singapour; la course à la compétitivité ! Parti de rien en 1965, la ville-état s'est construite sur un système de méritocratie très autoritaire sous la houlette de Lee Kwan Yew, le père de la nation. La réussite est incontestable : des infrastructures urbaines ultra-performantes, une montagne de cash avec des impôts parmi les plus bas du monde. Le tout avec un PIB par habitant (48 812€) que beaucoup lui envient. La situation, si flatteuse soit-elle, ne peut se limiter à cette carte postale. La vie peut être dure à Singapour, et pour survivre dans cette mégalopole il faut vraiment en vouloir ! Deuxième étape du voyage en Malaisie : Malacca et ses monuments historiques Je mets les voiles après 2 jours pour rejoindre la Malaisie. Un programme chargé et varié m’attend pour les deux premières semaines. Je commence par Malacca (ou Melaka en malais) qui est sans aucun doute la ville la plus intéressante de Malaisie d'un point de vue historique. Alors que la Malaisie manque de sites et de monuments chargés d'histoires, Malacca est une oasis culturelle, riche d'un passé colonial puisque s'y sont succédés depuis le 14ème siècle les Portugais, les Hollandais puis les Anglais. En 1826, Malacca devint anglaise et le resta jusqu’à l’indépendance en 1957. Troisième étape du voyage en Malaisie : les jumelles de Kuala Lumpur Je continue mon chemin en passant par la capitale Kuala Lumpur et les célèbres tours Petronas. Celles-ci ont été construites entre 1992 et 1998 par un architecte américain. Elles représentent près de 37 000 tonnes d'acier et 160 000 m³ de béton. Les jumelles mesurent 452 mètres de hauteur et se composent de 88 étages chacune. Le nombre n'est pas un hasard étant donné que le chiffre huit représente la chance. Les Asiatiques sont très superstitieux ! Ces tours sont les plus hautes de la ville de Kuala Lumpur. Elles sont immenses et sont encore plus belles de nuit : une fois illuminées, elles offrent un superbe spectacle, coloré d'or et d’argent. Il est possible de passer d'une tour à l'autre grâce à une passerelle installée au 41ème et au 42ème étage. Voyage en malaisie Kuala Lumpur Quatrième étape du voyage en Malaisie: au coeur de la nature Apres un passage par Georgetown sur l’île de Penang, classée patrimoine de l’UNESCO pour son célèbre street art, je me pose ensuite à Cameron Highlands.Petit bol d'air frais et promenade bucolique à Tanah Rata, ce petit village d'altitude dans les Cameron Highlands. Des plantations de thé, des fleurs, des papillons, pour ce voyage dans la nature malaisienne avant de partir en trek à Taman Negara et sa jungle. Apres de longues heures de marche à la rencontre des orangs asli, communauté vivant de chasse, il me tarde de rejoindre les îles perenthians et ses plages idylliques. Cinquième étape voyage en Malaisie : Bornéo Apres deux semaines sur la Péninsule, je me rends dans la capitale du Sabah Kota Kinabalu pour poursuivre l’aventure sur Bornéo. Au programme Sépilok et son centre de conservation des ours malais et orangs outans. Triste constatation la palmeraie qui envahit le territoire. L’huile de palme est aujourd’hui l’huile la plus consommée dans le monde (25%), devant les huiles de soja (24%), colza (12%) et tournesol (7%). Plus de 85% est produit par l’Indonésie et la Malaisie. Mais l’huile de palme est aussi la plus diabolisée, accusée par un certain nombre d’ONG de détruire les forêts tropicales, d’exterminer les orangs-outans et d’asphyxier la planète. Siège étape voyage en Malaisie : enquête sur l’huile de palme Je me rends dans la région du Sabah, au bord du fleuve Kinabatangan. C’est en descendant vers l’est que commence la monoculture du palmier à huile. Il y a encore deux ans, la plaine de Kinabatangan n’était reliée que par une piste à peine carrossable. Le fleuve qui se jette dans la mer de Sulu était la principale voie de communication pour les Orang Sungei (paysans et pêcheurs indigènes) et pour les entrepreneurs anglais, hollandais, australiens, japonais puis chinois, qui, dès la fin du 19ème siècle, coupèrent la mangrove et la forêt primaire pour y planter du tabac, de la canne à sucre, des cocotiers, de la jute, ou pour en exploiter le bois. C’est sur ces forêts dévastées, acquises à moindre prix par des hommes d’affaires, que les palmeraies à huile ont commencé à s’installer à la fin des années 1980. Aujourd’hui, la piste a été en partie asphaltée et on y croise de nombreux camions chargés de régimes de noix de palme en route vers les moulins. Comment croire que quelque deux cents éléphants sauvages, de race pygmée, arrivent encore à survivre dans cette plaine inondable de plus en plus morcelée, déboisée, cultivée et surpeuplée? Comment apprendre à vivre tous ensemble ? Telle est la question que pose l’expansion foudroyante des plantations de palmiers à huile qui en moins de vingt ans ont radicalement transformé le paysage de l’île de Bornéo et bouleversé des équilibres écologiques et humains. Septième étape voyage en Malaisie : Rencontre avec les nomades des mers La fin approche et je termine ce voyage en Malaisie sur l’île de Mabul et sa population de Bajau. Les Bajau sont des nomades des mers. Depuis plus de trois siècles, ce peuple de pêcheurs, cueilleurs et chasseurs sillonne les mers entre l'Indonésie, la Malaisie et les Philippines. Aujourd'hui, les Bajau passent le plus clair de l'année dans une maison sur pilotis. Mais parfois, l'appel du large et de l'estomac est trop fort, et ils partent en mer pour aller à la pêche au harpon. Ils se nourrissent de ce que la nature leur offre : du poisson et des fruits de mer. Et revendent des moules, des concombres de mer et du poisson séché. L’immersion fut totale, après trois semaines je reprends un vol puis un bus pour me diriger vers le Brunei et l’Indonésie. Affaire à suivre donc ! On laisse donc Valentin ici, dans sa découverte du Brunei et de l’Indonésie. Si vous aussi vous avez envie de nous parler de votre voyage, de nous donner de bon conseils ou de pousser une gueulante sur ce qui vous choc à l’étranger, pensez à nous retrouver dans notre rubrique Témoignages !

Tu as aimé cette actu ?

Partage-la
Cet article vous a-t-il plu ? oui OUI non NON

Tu peux lire aussi