Navigue dans le monde

Reviens à la carte Monde
Légende
  • Régions
  • Capitale
  • Villes
Alternative content
Légende
  • > 90
  • entre 90 et 70
  • entre 70 et 50
  • entre 50 et 35
  • < 35

Cambodge : découvrez nos vidéos & interviews

Cambodge

Anaïs et Didier : un voyage inoubliable au Cambodge

mai 22, 2018
cambodge

 

Anaïs et Didier découvrent l’association « Toutes à l’école » lors d’une émission de télévision diffusée en novembre 2016. Touchés par ce reportage témoignant que la majorité des enfants qui ne sont pas scolarisés sont des filles.

Didier a décidé 2 jours plus tard d’adhérer à l’association et de parrainer une petite fille, Ly, 16 ans, qui est à l’école « Happy Chandara » où le couple a eu l’autorisation de passer 2 jours complets. Ils sont partis du 27 novembre au 10 décembre 2016 et nous racontent leur voyage au Cambodge, pays du sourire et de la gentillesse.

R2G : Comment avez-vous préparé votre voyage au Cambodge ?

Didier : Après avoir commencé le parrainage de Ly, nous avons reçu les premiers bulletins de notes, une lettre et même des photos ! C’est gratifiant de savoir qu’une petite fille à l’autre bout du monde peut aller à l’école grâce à vous, avec un peu de temps et d’argent. Après la réception de ses photos, le désir de la rencontrer au Cambodge ne nous a plus quittés.

Nous voulions apporter plus que ça, et pas seulement à une personne mais en faire profiter toute une communauté. Nous avons lancé une récolte de fonds sur le site de crowdfunding KissKissBankBank et nous avons récolté 1500€ pour Toutes à l’école en 45 jours à l’aide de 66 participants, c’est fantastique !!

Ensuite, pour préparer notre séjour, nous avons été aidés par les conseils des marraines déjà présentes au sein de l’association, le groupe Facebook puis par les nombreux blogs de voyages et guides sur le Cambodge. Anaïs :

De part mon métier de photographe, j’ai adoré faire un reportage photo de notre expérience auprès de ces petites filles et de notre voyage au Cambodge en général. Je suis actuellement en train de sélectionner les photos qui feront l’objet d’une exposition le 30 mai prochain autour d’un apéro voyageur au Marché du Lez à Montpellier.

À cette occasion, nous remettrons des petits cadeaux aux personnes qui nous ont aidé dans l’élaboration et l’aboutissement de ce projet.

R2G : Quel a été votre plus fort dépaysement lors de ce voyage au Cambodge ?

Didier  : L’école.

Anaïs : Le village flottant de Kompong Khleang. Ce petit village sur pilotis dans la province de Siem Reap a été une vraie claque. Il n’y a rien, pas d’eau, ni d’électricité … Et les enfants jouent, souriants au milieu de ces grandes allées boueuses. C’est un énorme contraste avec notre mode de vie occidental.

enfants au cambodge

R2G : Vous êtes-vous sentis en sécurité dans le pays ?

A & D : Globalement oui il n’y a pas de risque particulier. Un seul petit conseil : ne pas circuler à pied à Phnom Penh, il n’y a pas de trottoirs !!

R2G : Quelles ont été vos relations avec les locaux ? Étaient-ils ouverts, fermés, amicaux … ?

A & D : Les Cambodgiens sont très accueillants. Les enfants sont très avenants et ouverts. Le problème c’est que souvent ces enfants dont une majorité de filles sont utilisés comme appâts pour attirer les touristes et entretenir un commerce … malsain.

Malgré la tentation il faut résister et ne rien leur donner, et surtout pas d’argent. C’est la seule façon de les protéger et de leur rendre service pour « casser » ces réseaux.

R2G : Quels sont les gestes à ne pas faire lors d'un voyage Cambodge ?

A & D : Pendant un voyage au Cambodge, il ne faut pas pénétrer dans les temples avec vos chaussures ! Laissez-les à l’entrée. Bien entendu, il faut une tenue descente pour y entrer.

A : Les personnes âgées n’aiment pas trop être prises en photo, il vaut mieux leur demander l’autorisation avant et leur montrer la photo ensuite, cela permet également de créer un lien.

R2G : Comment vous êtes-vous déplacés dans le pays ? Était-ce cher, pratique … ?

A & D : Nous nous sommes principalement déplacés en Minibus et Tuktuk, et nous avons également pris un vol interne de Phnom Penh à Siem Reap. La circulation est un vrai chaos ! C’est le plus gros qui a la priorité et il vaut mieux louer une moto ou un scooter (pour les habitués) c’est super simple et pratique !

On peut aussi privatiser un chauffeur, comme à Angkor par exemple, c’est pratique quand on vous guide sur des petites routes que presque personne n’emprunte.

R2G : Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté sur le plan personnel ?

Anais : Je dois avouer que cela m’a conforté dans mon envie de voyager solidaire. On se sent utile, et on réalise que chaque petite action a son importance pour faire évoluer leur situation. Ce type de voyage au Cambodge nous offre la chance d’être proches des locaux, de mieux comprendre leur culture et de la partager.

Nous sommes également très fiers d’avoir créé ce projet solidaire et d’être allé jusqu’au bout, d’avoir rencontré notre filleule et toutes ces autres petites filles qui ont accès à l’éducation un peu aussi grâce à nous. On contribue à leur offrir un avenir meilleur et on se sent épanoui et grandi de cette expérience et de ces rencontres avec d’autres ONG.

R2G : Est-ce que vous êtes sortis des sentiers battus ?

Didier : Oui grâce à un expatrié justement, Christophe qui a créé « Siem Reap autrement » (aussi sur FB) et qui propose des excursions vers des temples cachés, le village flottant de Kompong Khleang, de petits marchés et circuits bouddhistes etc …

Cela permet d’être éloignés des sites touristiques et finalement d’être plus proches des locaux, de leur mode de vie et coutumes… Je trouve que c’est un échange plus authentique que de visiter seulement les sites touristiques, on a une autre vision du pays en étant au cœur de la vie des locaux.

R2G : Quels sont les incontournables selon vous ?

A & D : Les temples d’Angkor forcément, mais il vaut mieux privilégier les temples principaux, ce n’est pas forcément la peine de tous les faire. Lorsque c’est possible, essayer de faire les visites à contre-sens, pour éviter la masse de touristes qui gâchent un peu le moment.

D’autres temples un peu excentrés sont tout aussi jolis et authentiques et surtout moins prisés et donc plus aérés. voyage au cambodge

R2G : Qu’est-ce qui vous a le plus ému ou surpris ?

A & D : Le Tuol Sleng ou S-21 Musée du génocide à Phnom Penh. C’est l’histoire du pays, des Khmers Rouge, Pol Pot dans les années 70, 3 millions de morts en 3 ans, on voit des photos de cellules, des crânes, il y a une atmosphère et un silence pesant, ça prend vraiment au tripes.

On apprend que la population est très jeune et illettrée, la moyenne d’âge du pays est de 25 ans. C’est aussi la raison pour laquelle il est important d’instruire la nouvelle génération, pour leur offrir un meilleur avenir, une meilleure qualité de vie. À la sortie du musée il y a un ancien prisonnier qui a écrit un livre et qui le dédicace, c’est poignant. Cette visite est importante pour comprendre l’histoire du pays, et la création de ces structures.

R2G : Qu’avez-vous mangé de surprenant lors de ce voyage au Cambodge ?

A & D : La cuisine traditionnelle comporte beaucoup de porc, de poulet, de légumes bouillis … On s’en est tenu à ça, et le « surprenant » était TROP surprenant justement !! Tous les insectes grillés, cuisinés … Nous n’étions pas prêts !

R2G : Avez-vous échangé des objets avec des locaux ?

A & D : Pas spécialement mais comme c’était un voyage humanitaire, nous avions apporté une valise de 15kg de produits d’hygiène.

La valise était plus lourde que prévu lors du contrôle à l’aéroport mais lorsque nous avons expliqué que c’était pour la bonne cause, on nous a quand même laissé passé, sympa !

R2G : Qu’avez-vous ramené ?

Anaïs : Seulement de l’artisanat local, des produits tissés, des porte-clés, porte-monnaie, des paréos … Les tissus sont similaires à toute l’Asie mais le Cambodge a un tissage très particulier. Beaucoup de beaux souvenirs aussi bien sûr.

R2G : Quelle est votre prochaine destination ?

A & D : Le Mexique pour de « vraies » vacances !

R2G : Votre plus belle expérience parmi tous vos voyages ?

A & D : Sans conteste, ça a été ce voyage au Cambodge, qui nous a apporté énormément sur le plan humain. Nous avons beaucoup échangé avec les locaux malgré la barrière de la langue. Chacun faisait de son mieux pour se faire comprendre. Nous avons pu passer 2 jours à l’école « Happy Chandara », ce qui est un privilège car la plupart des parrains ne peuvent passer que quelques heures sur place. Nous avons conscience de cette chance et nous en avons tiré une riche expérience.

Les petites filles étaient vraiment très contentes de partager leur quotidien avec nous et c’était très émouvant. Nous nous sommes adaptés à elles, et nous avons pu assister à quelques cours et activités « ouverts ». Couture, dessin, chorale et activités sportives. Par contre, hors de question de les déranger pendant les heures de classe, il ne faut pas perturber leur apprentissage. C’est vraiment très bien encadré !

R2G : Un regret ?

A & D : Peut-être le fait de ne pas s’être baignés et de ne pas être restés plus longtemps à l’école à profiter de leurs câlins et bisous, c’était formidable !

R2G : Comment s’est passé le retour à la vie Française ?

Didier : Ça a été très compliqué, très dur. On a vécu tellement de choses qui nous ont ému qu’il nous a fallu un temps d’adaptation. Nous sommes bien en France mais notre esprit était toujours un peu au Cambodge.

Leur façon de vivre est beaucoup plus simple de la nôtre mais non moins heureuse ! Nous avons rencontré beaucoup d’associations et c’est là que l’on prend vraiment conscience que chaque action compte ! Quick ! Choisissez vite l’une des deux propositions !

La Photographe-Créatrice Anaïs Armand-Pétrier exposera ses photos lors d’un apéro voyageur le 30 Mai 2018 au Marché du Lez à Montpellier, à partir de 19h30. Elle répondra, avec Didier, à toutes vos questions, à propos du Cambodge, de leur expérience humanitaire, leurs conseils de voyage et le matériel photographique.

Tu as aimé cette actu ?

Partage-la
Cet article vous a-t-il plu ? oui OUI non NON
Regardez aussi :
blog
Kelly : 40 jours entre Laos et le Cambodge !
juin 05, 2018
cambodge