Navigue dans le monde

Reviens à la carte Monde
legende_trait Légende
  • legend-region Régions
  • legend-capitale Capitale
  • legend-ville Villes
btn-map
Alternative content
legende_trait Légende
  • > 90
  • entre 90 et 70
  • entre 70 et 50
  • entre 50 et 35
  • < 35

Mexique : découvrez nos vidéos & interviews

Mexique
Anais : en voyage au Mexique

Anais : en voyage au Mexique

août 10, 2018
mexique
 
Carte d’identité :
  • Prénom Nom : Anaïs Duhamel Age : 23 ans
  • Destination de départ : Stages au Mexique proche de Playa del Carmen
  • Durée de l’expérience : 7 mois

1. Parle nous un peu de toi et de ton parcours d’étudiante 

J’ai d’abord étudié les langues (LEA anglais/espagnol) à l’université de Paris Sorbonne puis j’ai fait un master en management du tourisme à l’ESCAET. Pendant ma licence et mon master, j’ai effectué deux stages au Mexique près de Playa del Carmen.

2. Pourquoi as-tu décidé de partir faire tes stages en Tourisme au Mexique ?

La première fois parce que je voulais partir loin de la France, que c’é tait une destination qui était hispanophone et où je savais que j’allais aussi parler anglais. La deuxième fois parce que je suis tombée amoureuse de ce pays.

3. Qu’est-ce qui t’a le plus attiré sur cette destination ?

Les paysages, la variété des choses à voir et le climat.

4. Comment as-tu trouvé tes 2 stages ? tu es passée par un organisme spécialisé ?

Pour le premier, je suis passée par un organisme spécialisé, PIC Management qui, en échange d’une rémunération, vous met en relation avec des entreprises ayant des offres de stage. C’est très cher pour le service et honnêtement, je ne le recommande pas. Pour le deuxième stage je me suis débrouillée seule, j’ai envoyé des candidatures à plusieurs agences de voyage sur Playa del Carmen.

5. Pendant la préparation de ton séjour, t’es-tu aidée de sites internet, de livres, des témoignages des anciens étudiants de la Sorbonne ou ESCAET… ?

Pour les deux stages je n’ai eu aucune aide de la part de l’université ou de l’école j’ai dû me débrouiller toute seule. Je me suis aidée du site du gouvernement mexicain, du ministère des affaires étrangères français. J’ai acheté le guide le petit futé et j’ai fouillé sur internet pour trouver le maximum d’informations. J’avais aussi réussi à contacter un français en stage dans l’hôtel où j’allais également faire mon stage pour lui poser des questions.

6. Tes parents t’ont-ils aidé ? ton projet les a séduits ?

Non. Ils étaient plutôt inquiets que je parte à l’étranger et surtout au Mexique, vu la réputation du pays au niveau sécurité. Cependant j’étais sûre de ma décision de partir là-bas pour un stage et j’ai su trouver les arguments pour finir par les convaincre.

7. Qu’est ce qui t’a le plus aidé à concrétiser ce projet ?

Je dirai ma détermination parce que ce n’était pas gagné d’avance. Globalement je me suis débrouillée toute seule et j’ai trouvé les infos en cherchant des heures sur internet pour avoir des réponses fiables à mes questions.

8. Qu’est-ce qui t’a le plus frappé en arrivant dans le pays ? (Parle-nous des bus, des autoroutes également)

Le transport public ! Je n’avais jamais voyagé hors de l’Europe avant mon voyage au Mexique et me retrouver dans des vans où il fallait hurler “bajaaaa” pour que le chauffeur daigne s’arrêter m’a un peu surprise. Le fait de pouvoir tranquillement traverser à pied une autoroute à 6 voix aussi. Mais bon avec le recul je me dis que les Mexicains et les Français n’ont juste pas la même notion de ce qui est dangereux.

9. Parle-nous de la « galère » du logement pour ton premier stage ? Tu logeais dans une cave ?

Non pas dans une cave quand même. A l’époque où j’y ai été j’avais “de la chance” car ce n’était pas comme aujourd’hui, du moins pour les filles. On était dans des chambres à 3 avec salle de bain partagée. Après, c’était tout de même très rustique. Ça peut faire peur mais on s’y habitue parce qu’au fond on est tous dans la même galère. Aujourd’hui les stagiaires sont dans des chambres de 6 avec douches communes pour tout l’étage. Ils sont au rez-de chaussée mais comme le bâtiment est en pente ils n’ont qu’une toute petite fenêtre d’où l’impression de la cave.

10. Il y avait des bêtes ?

Outre les moustiques et les iguanes je me suis déjà retrouvée avec une tarentule dans mon escalier ou un scorpion derrière ma porte. Mais bon, il faut dire que je vivais juste à côté de la selva donc ceci explique cela.

11. Et pour ton deuxième stage, le logement était mieux ?

Oui beaucoup mieux, je vivais dans la maison de ma chef, à playa del carmen même dans une chambre qu’elle louait en airbnb. Ici pas de problème d’animaux douteux ni de douches communes juste des douches à l’eau froide mais c’est finalement agréable avec la température qu’il fait.

12. Comme tu dis « au Mexique, il y a tout » ? c’est quoi « tout » ?

Tout parce qu’on y trouve tous les paysages, toutes les sortes de tourisme. Rien que dans la péninsule du Yucatan on peut faire du tourisme culturel, visiter des réserves naturelles, faire du tourisme d’aventure, ou simplement faire bronzette. On a aussi un mélange parfait entre modernité et tradition (dans les villes j’avoue que dans les petits villages on est plus sur du traditionnel pure). On peut se reposer ou on peut faire la fête tous les jours. On est transporté dans un autre monde mais on peut avoir des repères qui nous rappelle chez nous. Le mélange rêvé !

13. Le truc que tu as le plus aimé là-bas ?

Les gens. Tout le monde est tellement gentil et amical. On n’est jamais tout seul au Mexique, il y aura forcément quelqu’un pour nous tenir compagnie ou pour nous aider si on est en galère. De plus, c’est un pays où les gens sont globalement pauvres mais ils vont toujours partager ce qu’ils ont, toujours essayer que tout se passe pour le mieux.

14. Es-tu partie avec des assurances internationales ? Comment décrirais-tu le système de santé mexicain ?

Oui les deux fois et il vaut mieux. Cependant la première fois j’avais pris l’assurance de la SMEREP et ils sont tout sauf efficaces. J’ai dû attendre des mois pour être remboursée et ils ne m’ont remboursé qu’une partie des frais. La deuxième fois j’ai pris April International et eux, au contraire, ont été géniaux. Ils ont été très réactifs et m’ont tout remboursé en moins d’un mois. Quant au système de santé mexicain il est triste. Les mexicains disent souvent qu’en utilisant les hôpitaux publics on ressort plus malade qu’en y entrant. Malheureusement il ne faut pas avoir quelque chose de grave au Mexique.

15. Dans la vidéo Trik, Trak, Trek tu nous réserves une surprise sur un accident qui t’es arrivée… tu peux nous faire le teasing ?

Je dirais qu’il faut se méfier quand on est grande et qu’on est au Mexique.

16. Tu as un souvenir ému d’une expérience avec des familles qui vivent dans les quartiers très pauvres de Playa del Carmen. Tu peux nous en parler ?

J’ai fait une excursion avec les tours de mimi, le tour en buggy, à la fin de laquelle nous avons été dans la partie la plus défavorisée de Playa del Carmen. Ça contraste énormément avec ce qu’on a l’habitude de voir dans la “quinta avenida” où tout paraît un peu dorée. Avant d’aller dans ce quartier, nous nous étions arrêtés à l’épicerie locale pour acheter des sacs de nourriture avec du riz du lait des gâteaux pour les enfants… puis nous sommes allés à la rencontre des habitants. Au début c’est très impressionnant parce que tout le monde se jette sur toi pour essayer de récupérer un peu de nourriture. Il y avait des femmes avec des bébés, des vieillardes et des enfants mais pas d’hommes parce que ce sont eux qui travaillent. Ce sont des gens qui vivent en dessous du seuil de pauvreté alors que les hommes, qui sont les chefs de famille, travaillent tous les jours. Ça reflète vraiment la misère que l’on peut trouver au Mexique. Ça nous remet aussi les pieds sur terre et nous montre la chance qu’on a d’avoir ce qui pour nous est normal mais pour eux est une lutte quotidienne. A côté de ça, les gens sont vraiment adorables et on a pu bien parler avec toutes les familles que nous avons rencontrées.

17. Côté coût de la vie… Peux-tu nous donner des exemples de coûts de la vie de tous les jours ? (Transport, logement, alimentation, sorties, bières, habillement…) ?

Pour info 1 euros est environ égal à 20 pesos Par exemple pour le transport, le prix d’un trajet Playa del Carmen - Tulum coûte 45 pesos (50 mn de colectivo) Le taxi coûte entre 35 et 100 pesos (dans Playa del Carmen, environ 1000 pesos pour aller jusqu’à l’aéroport) Un jus de fruits frais pressés d’un litre coûte 35 pesos On peut manger pour 100 pesos environ (boisson et plat compris) Je ne bois pas de bière mais si mes souvenirs sont bons ça coûte entre 25 et 50 pesos Les habits, tout dépend d’où on les achète. Il y a tous les magasins qu’on a l’habitude de voir en France (Zara, H&M, Bershka…) où les habits coûtent le même prix qu’en Europe. Si on va dans les boutiques locales c’est beaucoup moins cher (environ 100 pesos pour un t-Shirt ou un short, 150 pesos pour une robe) La lavanderia coûte environ 14 pesos pour 1 kg de vêtements lavés et séchés (attention ! pour les filles, tout ce qui est dentelle où qui y ressemble il vaut mieux les laver à la main parce que vu la chaleur du Mexique, la dentelle se colle et ça fait des trous !)

18. Les deux plus beaux sites touristiques pour toi, c’est ? (UXMAL et SIAN KA’AN) pourquoi ?

De toutes les ruines que j’ai vues c’est Uxmal qui m’a le plus marquée. Le site est gigantesque et les pyramides vraiment bien conservées. On peut encore monter sur l’une des pyramides et la vue est magnifique. On voit tout le site archéologique mélangé à la selva c’est vraiment beau. Au niveau nature j’ai préféré Sian Ka’an. C’est une réserve de la biosphère ce qui veut dire que les animaux qui vivent là-bas sont protégés. C’est un endroit hors du temps (ni wifi, ni réseau et de l’électricité que 5 heures par jour) où se rejoignent la mer et la lagune ce qui donne à l’eau des nuances de bleus magnifiques. On passe d’un bleu vert dans la lagune à un bleu turquoise en mer à un bleu presque transparent dans les piscines naturelles. On y observe des oiseaux migrateurs, des tortues de mer, des dauphins, des lamantins et pleins de poissons différents (les demoiselles pour moi c’est vraiment les plus beaux poissons). Sian Ka’an en maya ça signifie “où commence le ciel” et ça porte tellement bien son nom, on se croirait presque au paradis !

19. Cancun, Playa del Carmen, Tulum… sont aussi très très réputés pour la fêter et ses nuits interminables… Alors ?

Je dois dire que c’est à la hauteur de sa réputation. Cancun c’est vraiment très fiesta, discothèques gigantesques (dont la plus grande d’Amérique latine, « la City »). Playa del Carmen, il y a une rue avec les toutes discothèques (la “doce”) mais ce sont des versions plus petites des boîtes de nuit de Cancun. Ça n’empêche pas que l’ambiance est vraiment génial. De toute façon pas besoin de boîte de nuit pour faire la fête, il y a des bars partout et l’ambiance est souvent encore meilleure !

20. Et la nourriture Mexicaine ? la gastronomie française t’a manqué ?

Au début on est vraiment content de manger mexicain mais au final on se rend compte que c’est peu varié (tacos, burritos, gringas, quesadillas, chilaquiles) et surtout très gras. Je crois que les mexicains n’aiment pas trop les légumes (à part les “frijoles”, les haricots rouges). La spécialité du Yucatan qui m’a vraiment plu c’est la “cochinita pibil”. C’est de la viande de porc qui traditionnellement est cuite dans la braise dans un trou creusé dans le sol. C’est délicieux. A part ça, le chimichanga (qui est un burrito fris) est pas mal aussi mais je conseille d’en prendre un pour deux parce que c’est impossible à finir seul. A Playa del Carmen, il y a un restaurant français qui s’appelle “chez Céline” (quinta con 34) qui est super surtout quand le pain, le fromage et la nourriture française commence sérieusement à nous manquer. Par contre petit conseil, ne jamais croire un Mexicain qui dit que ça ne pique pas, parce que si, ça pique !

21. Quels conseils pourrais-tu donner aux étudiants qui souhaitent partir au Mexique ? et quelles mises en garde ?

Il faut se détacher des préjugés qu’on peut avoir en France sur le Mexique. La péninsule du Yucatan est vraiment un endroit sécure. Comme partout, il faut bien évidemment ne pas faire l’étalage de tout ce qu’on a mais à part ça, il n’y a pas de danger particulier. Il ne faut pas s’inquiéter même si on part seul car les Mexicains sont très accueillants. Bien penser à prendre une assurance internationale parce que ça peut vite revenir très cher. Penser qu’au Mexique, tout se négocie. Si quelqu’un vous donne un prix vous pouvez être sûrs qu’il y a moyen de négocier pour payer moins cher. Il faut éviter de montrer qu’on est touriste, parce que généralement les Mexicains en profitent pour essayer de faire payer plus cher. A part ça se laisser porter et profiter de ce pays qui est vraiment magique !

22. Si tu devais constituer un petit sac d’éléments essentiels pour « survivre » au Mexique, tu mettrais quoi dedans ? (Bombe pour les moustiques !!)

Je dirai une bombe à moustique mais celle que j’avais ramenée de France ne marchait même pas j’ai dû en acheter une sur place (la marque “Off! “ était la seule qui fonctionnait pour moi). A part ça, crème solaire (biodégradable bien sûr pour pouvoir observer les beaux poissons encore longtemps), lunettes de soleil, casquettes, maillot de bain, serviettes, tongs (pour la plage) et baskets (pour les ruines) et un appareil photo !

23. Un prochain voyage prévu ?...

Le Mexique ? et si je dois changer je dirais la Thaïlande ! Merci et à bientôt sur Ready to Go !

 

Découvrez l'interview vidéo complète de Anaïs

Tu as aimé cette actu ?

Partage-la
Cet article vous a-t-il plu ? oui OUI non NON
Regardez aussi :
Anais : en voyage au Mexique
Portraits du Mexique
février 13, 2020
mexique
Anais : en voyage au Mexique
ExpatLife : la vie de Bérénice au Mexique
février 24, 2020
mexique
Anais : en voyage au Mexique
Voyage au Mexique en 1 min
janvier 31, 2020
mexique
S'inscrire à la Newsletter