Navigue dans le monde

Reviens à la carte Monde
legende_trait Légende
  • legend-region Régions
  • legend-capitale Capitale
  • legend-ville Villes
btn-map
Alternative content
legende_trait Légende
  • > 90
  • entre 90 et 70
  • entre 70 et 50
  • entre 50 et 35
  • < 35

Amsterdam : découvrez nos vidéos & interviews

Amsterdam
#ExpatLife : la vie de Mégane à Amsterdam, en Inde, au Népal et à Bali !

#ExpatLife : la vie de Mégane à Amsterdam, en Inde, au Népal et à Bali !

mars 31, 2020
amsterdam

 

Présente-toi en quelques lignes !

Je m’appelle Mégane et j’ai toujours été passionnée par le voyage. Depuis que je suis petite mes parents m’emmènent partout dans le monde, alors lorsque je me suis lancée dans les études supérieures ça a été comme une évidence pour moi : je souhaitais travailler dans le tourisme. À l’époque je n’avais pas encore envisagé l’expatriation et pourtant je rêvais déjà de découvrir tous les pays du monde.

Tu as été expatriée dans plusieurs pays, qu’est-ce qui t’a conduit ou attirée vers ces pays-là ?

J’ai connu une première expatriation aux Pays-Bas, à Amsterdam, pendant 1 an. J’y suis allée dans le cadre des études et accompagnée par mon copain et ma meilleure amie. J’avais choisi les Pays-Bas pour plusieurs raisons : l’anglais dans un premier temps, mais également car l’ouverture d’esprit des Néerlandais me plaisait.

Je suis partie une seconde fois dans le cadre de mon master et cette fois j’avais envie de découvrir un mode de vie complètement différent du mien. J’avais adoré les Pays-Bas mais j’avais eu l’impression de retrouver un peu de ma culture française là-bas. J’ai donc choisi le pays qui est culturellement l’un des plus éloignés du nôtre : l’Inde. Tout m’attirait en Inde : les couleurs, les odeurs, les paysages, les gens….

Après 10 mois en Inde, je suis partie faire un stage au Népal pendant plusieurs mois. Je souhaitais retrouver la culture Indienne dans un autre cadre. J’avais également envie de découvrir les immenses montagnes de l’Himalaya que j’avais pu apercevoir lors d’un voyage dans le Nord-Est de l’Inde.

Je suis ensuite rentrée en France et en quelques semaines j’ai décidé que j’avais besoin de repartir. À croire que lorsque l’on vit à l’étranger nous ne sommes plus capables de revenir en France !

J’ai rencontré plusieurs personnes qui avaient vécu en Indonésie et ils m’ont donné envie d’y partir. La culture, le climat, les paysages et la gentillesse des Balinais m’ont poussé à venir m’installer à Bali. Je n’aurai pas pu m’installer dans une autre partie du monde, je voulais revenir absolument en Asie.

As-tu eu des difficultés à t’installer ?

S’expatrier aux Pays-Bas a été très facile. Dans l’Union Européenne il y a très peu de formalités. Les seules difficultés ont été pour travailler car travailler en tant qu’étudiante demande beaucoup de formalités administratives. Les logements sont difficiles à trouver à Amsterdam et très chers mais j’ai eu la chance d’être aidée par mon université Néerlandaise.

L’Inde fut un enfer administratif. Que ce soit pour les études, le travail ou un stage, cela prend des mois et beaucoup de papiers pour pouvoir obtenir un Visa. Il faut ensuite sur place réitérer beaucoup de démarches pour ne pas se faire expulser du pays. Sur place tout était difficile à comprendre au départ car rien ne ressemble à la France. Tout se fait de bouche à oreille surtout dans le Sud. Ainsi pour trouver un logement j’arrêtais des gens random dans la rue et leur demandais s’ils connaissaient quelqu’un qui cherchait un locataire (et ils en connaissaient tous). Le réseau de transport en Inde quant à lui est très bien développé, même mieux qu’en France. Peu importe où je souhaitais aller il y avait toujours un bus ou un train même dans les campagnes les plus reculées. Au départ le fonctionnement était difficile à comprendre mais avec le temps on ne se pose plus de questions, on saute dans le bus, peu importe où il va on finit toujours par retrouver sa route !

Le Népal ressemblait à l’Inde dans sa manière de fonctionner même si l’administration était beaucoup plus laxiste. Avoir déjà fait l’expérience de l’Inde m’a permis de comprendre très rapidement le mode de vie Népalais.

Une très grosse communauté d’expatriés vie à Bali. L’île a donc beaucoup été influencée par la manière de vivre Occidentale. On trouve des supermarchés, des agences immobilières et tout ce à quoi nous sommes habitués en Europe contrairement au Sud de l’Inde et au Népal. L’état des routes et la manière de conduire reste néanmoins très particuliers et il s’agit d’oublier ce que l’on a appris en France et de s’adapter.

Je n’ai jamais eu de sécurité sociale dans les pays où j’ai vécu. Je suis restée le temps de mes études sur la sécurité sociale française puis j’ai changé pour la CFE, un organisme français pour les expatriés et une mutuelle française complémentaire à la CFE.

Les plus et les moins de la/des villes(s) où tu étais ?

Actuellement je vis à Canggu, à Bali. J’adore pouvoir travailler de ma piscine, avoir du soleil toute l’année, avoir l’impression d’être en vacances tous les jours, manger tous les soirs au restaurant, danser sur la plage, partir le dimanche dans les rizières et la gentillesse des Balinais…

Par contre l’état des routes me rend folle dès que je dois prendre mon scooter !

Qu’est-ce qui t’a le plus surprise en arrivant ?

Chaque arrivée est une nouvelle surprise. J’essaie toujours de regarder le moins possible à l’avance les pays dans lesquels je me rends pour tout découvrir sur place. Dans l’avion puis dans le taxi pour sortir de l’aéroport je m’émerveille toujours devant les nouveaux paysages que je parcours et qui sont si différent de ceux français.

Un ami vient te voir pour la première fois à Bali, qu’est-ce que tu l’emmènes visiter ?

Je l’emmènerai du côté Est de Bali encore préservé des touristes. Pemuteran, Munduk, des perles.

Nostalgique de la France ? Est-ce que quelque chose te manque dans ton nouveau pays d’adoption ?

Parfois je ressens de la nostalgie pendant quelques heures. Ne pas pouvoir voir ma famille et mes amis autant que je le voudrais me serre le cœur. Mais comparé à ce que j’ai ressenti en rentrant en France, ce n’est rien !

Côté pratique

As-tu des conseils pour trouver un emploi et/ou logement facilement en Indonésie ou aux Pays-Bas ?

J’ai eu la chance de faire des études dans le tourisme ce qui me permet de voyager et de travailler à l’étranger. Trouver un travail dans le tourisme est beaucoup plus facile que certains autres métiers.

Pour le logement aux Pays-Bas, il est très compliqué de trouver des appartements abordables à Amsterdam. Il est possible cependant de s’excentrer à Diemen par exemple.

À Bali comme aux Pays-Bas le mieux est d'arriver en dehors des saisons touristiques ou des rentrées scolaires. Personnellement je m’inscris toujours sur les groupes Facebook des endroits où j’habite (Canggu Community Expats, Canggu Villa Rent etc…) car comme en France beaucoup d’annonces sont postées chaque jour.

Quels autres conseils peux-tu donner ?

Ne pas hésiter à demander ! Que ce soit dans la rue, dans des groupes Facebook, à des expatriés ou à des locaux… Je n’ai jamais hésité à demander de l’aide ou des conseils et j’ai toujours eu de très gentils retours qui m’ont empêché de faire des bêtises. Lorsqu’on ne sait pas on a tendance à faire de la façon qu’on a appris en France et qui n’est en général pas la bonne à l’étranger. Mon coloc ne nous avait par exemple pas demandé combien nous louons notre scooter au mois et résultat il a pensé faire une bonne faire pour 3 fois le prix que nous payons.... Une bonne affaire pour l’Europe mais pas pour l’Indonésie.

Penses-tu à aller habiter ou travailler dans un autre pays prochainement ?

Je pense rester à Bali pendant quelques années mais pourquoi pas me rendre dans un autre pays plus tard.

Merci d’avoir pris le temps de répondre à cette interview, Ready to Go te souhaite une bonne continuation et un bel avenir !

En savoir plus sur ces destinations

Tu as aimé cette actu ?

Partage-la
Cet article vous a-t-il plu ? oui OUI non NON
Regardez aussi :
#ExpatLife : la vie de Mégane à Amsterdam, en Inde, au Népal et à Bali !
Stage à Amsterdam - Etudiante ISCOM - Interview TRIK TRAK TREK – READY TO GO
avril 10, 2020
amsterdam
S'inscrire à la Newsletter